Page d'accueil          Sur le groupe          Soutenez-nous          Contactez-nous     








Archives 2009
Archives 2008



Le Groupe est membre du:



Stop à la pêche UE au Sahara Occidental



Le Sahara Occidental
camps7_510.jpg

Imprimez cette page    
Le Maroc occupe illégalement et brutalement le pays voisin, le Sahara Occidental. Tandis que les Sahraouis, le peuple du Sahara Occidental, luttent légitimement pour la liberté, aucun état dans le monde n'a reconnu les revendications marocaines sur le territoire. Le Sahara Occidental est considéré par l'ONU comme la dernière question coloniale restante en Afrique.

L'occupation marocaine est une violation de la déclaration de la Cour Internationale de Justice de La Haye et perdure en violation de plus de 100 résolutions de l'ONU qui appellent à l'autodétermination pour le peuple du Sahara Occidental.

L'ONU a appelé à l'indépendance et la décolonisation de l'ancienne colonie espagnole à partir des années 1960, quand le pays était appelé « le Sahara espagnol » et sous l'autorité espagnole.

Mais l'Espagne, alors dictature sous Franco, après la lourde pression du Maroc et de la Mauritanie, a dénié leur droit aux Sahraouis en automne 1975 et a permis au Maroc et à la Mauritanie d'envahir le Sahara Occidental le 31 octobre de cette année. Le Maroc est entré par le nord, la Mauritanie par le sud. On n'a jamais demandé aux Sahraouis, qui étaient déjà organisés en mouvement de libération contre les Espagnols, ce qu'ils pensaient de cet accord espagnol avec les 2 états voisins.

"Ainsi la Cour n'a pas trouvé les liens légaux de nature à affecter l'application de résolution 1514 (XV) de l'Assemblée Générale dans la décolonisation du Sahara Occidental et, en particulier, dans le principe d'autodétermination, par l'expression libre et véritable de la volonté des peuples du Territoire."
International Court of Justice, 16 October 1975

"L'Assemblée générale [...] déplore vivement l'aggravation de la situation découlant de la persistance de l'occupation du Sahara occidental par le Maroc et de l'extension de cette occupation au territoire récemment évacué par la Mauritanie"..
Assamblée générale de l'ONU, résolution 34/37, 1979L'occupation a eu lieu de façon très violente. Comme les armées de l'air marocaines bombardaient les villages du Sahara Occidental avec des bombes au napalm, une majorité des autochtones Sahraouis ont été contraints de quitter leurs maisons et de fuir vers le désert algérien.
La Mauritanie, qui avait envahi par le sud avec ses forces, a retiré sa revendication sur le Sahara Occidental en 1979 et a réellement quitté le territoire. Le Maroc est resté, cependant.

Le peuple Sahraoui a proclamé sa République en exil, qui depuis a été reconnue par plus de 90 autres états. Le monde refuse toujours de soutenir la loi internationale et mettre fin à l'occupation.

Le mouvement Sahraoui de libération, connu comme Front Polisario, s’est battu avec l'armée marocaine pendant 16 ans, tenant une petite partie de son pays. En réponse, le Maroc a construit un long mur de 2500 km, lourdement fortifié et miné, qui coupe les réfugiés sahraouis de ceux qui vivent toujours dans les Territoires Occupés. En 1991 les Nations unies ont négocié un cessez-le-feu et ont consenti à organiser un référendum dans lequel le peuple sahraoui pourrait voter sur l'avenir du Sahara Occidental. Aujourd’hui, les Sahraouis attendent toujours que le vote ait lieu.

Le Maroc refuse maintenant la mise en place du référendum. Les représentants des Sahraouis ont pourtant accepté que tous les Marocains qui ont été illégalement déplacés dans le territoire puissent voter pour le référendum. Le Maroc a refusé cela aussi. A la place, le Maroc a proposé que le Sahara Occidental soit intégré dans le royaume marocain.

Des dizaines de milliers de Sahraouis vivent toujours sous l'occupation marocaine au Sahara Occidental. Bien que les Sahraouis aient exclu le terrorisme de leur tactique politique, leurs vies et les activités sont sévèrement comprimées par un sévère état sécuritaire.

Le drapeau sahraoui est interdit au Sahara Occidental et tout discours pour l’indépendance de l’état est illégal. Le simple appel aux droits de l'homme est assez pour que les organisations ferment et que leurs leaders soient emprisonnés. Pourtant les Sahraouis continuent à se prononcer.

Plus de 500 Sahraouis sont toujours « disparus » dans les prisons marocaines, survivant probablement comme prisonniers politiques. Plusieurs n’ont pas donné de nouvelles depuis plus de 30 ans. Des parents ont été emprisonnés et torturés pour avoir fait campagne afin de connaître la vérité sur leur destin.

Tandis que les Sahraouis sont soumis, dans leur pays, aux violations de droits de l'homme par une puissance coloniale étrangère, la communauté internationale regarde dans la direction opposée.

Les gouvernements prétendent soutenir les efforts de l'ONU de trouver une solution au conflit. Mais dans le même temps, ils entretiennent des affaires avec le Maroc - en territoire occupé.


Haut de page




FR  NL EN FR
La dernière colonie d'Afrique
Depuis 1975, trois quarts du territoire du Sahara Occidental sont occupés par le Maroc. Une grande partie de la population originale vit encore dans des campements de réfugiés en Algérie. Ceux qui restaient dans leur pays originaire, sont subis aux violations graves des droits de l'homme, perpétrées par l'occupant marocain. Depuis plus de 40 ans les Sahraouis attendent l'exercice de leur droit légitime à l'autodétermination.
Livre: Le droit international et la question du Sahara Occidental

tn_flyer_french_510.jpg

Selon nous, la première publication traitant des aspects jurisdiques du conflit du Sahara Occidental. Disponible en anglais et en français. Commandez le livre ici.